Le Partage des Eaux
>>
Accueil
>
Itinérance
>
Le Partage des Eaux
SAINT-AGREVE

Le Partage des Eaux

Art contemporain
Géologie
Patrimoine historique et religieux
Sommet et points de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Découvrez la Ligne de Partage des Eaux, parcours de randonnée en itinérance jalonné d'oeuvres d'art contemporaines, valorisant le patrimoine naturel ou culturel des Monts d'Ardèche, à cheval entre bassins versants méditérannéen et atlantique.
Cet itinéraire est proposé sous la forme d'un découpage en 5 étapes. Il est également proposé par des accompagnateurs en montagne bénéficiaires de la marque Valeurs du Parc. Retrouvez 6 oeuvres d'artistes renommés, ainsi que des mobiliers design spécifiques et des mires d'observation de la Ligne de Partage des Eaux, dispositif unique pour comprendre le cheminement de cette ligne géographique.

Les 13 patrimoines à découvrir

  • Point de vue

    Table d'orientation

    Le Mont Chiniac avec sa table d'orientation est un belvédère remarquable sur la montagne ardéchoise et les Alpes. La ville haute est une agglomération née de son château construit au XIIème siècle qui occupait le sommet du mont. Il reste un pan de mur reliant les vestiges de deux tours. L’ancienne ville, qui était close à cette époque, était entourée d’un rempart, dont certaines parties sont encore visibles au sud et à l’est, et possédait quatre portes d’entrée.

  • Mire Partage des Eaux

    Les Mires - La Roche Pointue

    Lorsqu’elle se déploie à l’horizon, s’éloignant sur plusieurs plans qui se succèdent et où se mêlent sucs et massifs montagneux, la ligne de partage des eaux n’est lisible que par les géographes. Parce qu’elle donne à voir et à être vue, Gilles Clément assisté de l’atelier de paysage IL Y A, a imaginé un dispositif de perception jouant sur l’optique.

    Implantées sur six sites en belvédère, lieux choisis pour le point de vue unique et original qu’ils offrent, ses Mires proposent une immersion originale dans le paysage et permettent de mieux appréhender le rôle de la ligne dans la formation du celui-ci.

    Inspiré des techniques de relevé des géomètres, l’outil est conçu comme une transposition poétique des instruments de mesures aussi bien qu’un détournement de la table d’orientation classique.Il se compose d’une échelle de visée, surmontée d’un cadre à hauteur du regard, et d’un ensemble de mires d’une hauteur moyenne de 7 mètres, dont les pointeurs colorés au sommet pointent le passage de la ligne. Travaillés en bois de châtaignier brut, ces éléments assument une présence propre qui fait signe dans le paysage, tout en étant intimement liés à leur contexte.

    Cette œuvre fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.
  • Géologie

    Un volcanisme à 3 dents

    Ce géosite est composé de trois pointements rocheux bien alignés dont l'ensemble forme ce que l'on appelle « Les dents du Mézenc » : la grosse dent à l'est, la petite dent (avec le Chastelas) à l'ouest et la dent pointue au milieu des deux premières. Pour le Chastelas et la dent pointue, il s’agit d’une  roche volcanique unique sur le Massif du Mézenc : la rhyolite. Ce
    magma s'est mis en place dans une fissure ouverte dans le granite. L’érosion a fait disparaître la roche granitique moins résistante de part et d'autre et a mis à nu les deux dents. Ce filon de magma intrusif dans les roches est appelé un dyke. La grosse dent est constituée de phonolite. C'est un magma de même nature que celui qui a donné naissance au Mont Mézenc.

  • Œuvre d'art contemporain

    «La Tour à eau» de Gilles Clément

    Visible à la Chaumasse, Sagnes-et-Goudoulet.
    Sur cette ancienne draye empruntée par la transhumance des bovins, le chemin de randonnée suit exactement la ligne de partage des eaux et le paysage est époustouflant. Le vent du nord s’y donne aussi à cœur joie ! Parmi les épilobes, la bruyère et le genêt, surgit la Tour à eau de Gilles Clément dont la silhouette est comme un lointain écho à celle des sucs qui l’entourent.
    Construite en phonolithe, la roche volcanique dont est constitué le Mont Gerbier de Jonc, cette œuvre est conçue sur le principe d’un «piège à eau». L’humidité présente dans l’air se condense sur ses parois et l’eau ainsi produite est guidée par des «ailettes» vers l’intérieur pour être recueillie dans une vasque s’ouvrant vers le sud. Son chemin ne s’arrête pas ici puisqu’elle se déverse ensuite par débordement vers des sorties est et ouest, le voyage vers l’Atlantique et la Méditerranée recommence…
    Cette construction est réalisée en pierre sèche, une pratique ancestrale à l’origine des terrasses et calades qui constituent une composante forte des paysages ardéchois et de son identité culturelle. Un défi architectural à la mesure de cette technique d’avenir dans le secteur de la construction respectueuse du développement durable.
  • Faune

    Le Paon du jour

    Ce joli papillon se reconnaît grâce à ses ocelles que sont les tâches colorées sur ses ailes. Celles-ci jouent un rôle d'intimidation contre les prédateurs. En effet, lorsque le papillon est attaqué par un prédateur tel qu'un oiseau, il montre ces ocelles en ouvrant ses ailes ce qui évoque le regard d’un animal plus gros, et peut surprendre le prédateur, pour ainsi permettre au Paon du jour de prendre la fuite.
  • Mire Partage des Eaux

    Les Mires - Pra Pouzol

    Lorsqu’elle se déploie à l’horizon, s’éloignant sur plusieurs plans qui se succèdent et où se mêlent sucs et massifs montagneux, la ligne de partage des eaux n’est lisible que par les géographes. Parce qu’elle donne à voir et à être vue, Gilles Clément assisté de l’atelier de paysage IL Y A, a imaginé un dispositif de perception jouant sur l’optique.

    Implantées sur six sites en belvédère, lieux choisis pour le point de vue unique et original qu’ils offrent, ses Mires proposent une immersion originale dans le paysage et permettent de mieux appréhender le rôle de la ligne dans la formation du celui-ci.

    Inspiré des techniques de relevé des géomètres, l’outil est conçu comme une transposition poétique des instruments de mesures aussi bien qu’un détournement de la table d’orientation classique.Il se compose d’une échelle de visée, surmontée d’un cadre à hauteur du regard, et d’un ensemble de mires d’une hauteur moyenne de 7 mètres, dont les pointeurs colorés au sommet pointent le passage de la ligne. Travaillés en bois de châtaignier brut, ces éléments assument une présence propre qui fait signe dans le paysage, tout en étant intimement liés à leur contexte.

    Cette œuvre fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.
  • Tourbière

    Une tourbière au coeur de la recherche scientifique

    Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur la commune de Burzet est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes (CEN) fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique. D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température, etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière et de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire. Dautre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi pour la caractérisation hydromorphologique des cours d’eau). Ce protocole, mené par l’Agence Française de la Biodiversité, permet de recueillir les données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressante suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés récemment. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage. Une adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

    Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

    Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour la recherche scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !
  • Tourbière

    Une tourbière au coeur de la recherche scientifique (copy)

    Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur la commune de Burzet est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes (CEN) fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique. D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température, etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière et de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire. Dautre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi pour la caractérisation hydromorphologique des cours d’eau). Ce protocole, mené par l’Agence Française de la Biodiversité, permet de recueillir les données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressante suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés récemment. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage. Une adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

    Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

    Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour la recherche scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !
  • Faune

    La Truite fario

    Le ruisseau qui coule sous l’abbaye abrite une belle population de truites fario. Cette espèce très recherchée par les pêcheurs arbore sur sa robe de gros points noirs ou rouges typiques de la souche atlantique puisque le ruisseau de Mazan se jette dans la Loire au niveau du barrage de la Palisse. La truite présente souvent plusieurs bandes foncées lui permettant de se camoufler sur le fond de la rivière.
  • Point de vue

    Le mobilier du Partage des eaux - Le banc du Rocher des Resliades de Pra Clauzel (copy)

    La collection de mobiliers conçue par le designer Eric Benqué pour le parcours artistique est en soi un élément d’identification du projet : elle accueille le visiteur, incarne et affirme l’attention qui lui est portée. La collection se décline en trois types de mobiliers différents – bancs, plateformes et abri-point de vue – qui offrent une découverte physique singulière du paysage. 

    Ce mobilier fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.
  • Flore

    Les genêts

    Il existe en France une dizaine d’espèces de genêts. Sur le territoire du parc, on retrouve essentiellement deux espèces se développant sur des sols acides : le genêt purgatif et le genêt à balais.
    Pouvant constituer de grandes landes sur les versants, le genêt purgatif pousse sur des sols très maigres à la végétation peu évolutive. De couleur gris-vert, avec des tiges «arrondies» et en forme de boule aplatie, le genêt est une plante typique du Massif central. Le genêt à balais pousse, quant à lui, sur des sols plus profonds auxquels il offre une transition avant l’installation d’arbustes (sorbier, alisier). Il est largement répandu dans l’hexagone (sauf zone méditerranéenne). Ses tiges vertes, cannelées et dressées, le distinguent du genêt purgatif. Symbole de l’abandon des terres agricoles, il contribue malgré tout à enrichir le sol en azote et le prépare pour l’installation des espèces arbustives.
  • Œuvre d'art contemporain

    Le phare

    Imaginé là par l’artiste Gloria Friedman, le Phare est une verticale monochrome bleue qui s’élève à plus de sept mètres du sol. Cette «tour refuge qui représente à la fois l’art du trait et l’art du retrait», révèle un site emblématique fort des contrastes qui caractérisent la ligne de partage des eaux. Les pentes raides du versant méditerranéen rencontrent le doux vallonnement du côté atlantique.
    Cette œuvre est donc un phare commun à la mer et à l’océan, dans lequel vous êtes invités à accéder. De l’étage d’observation, une vue à 360° s’ouvre à vous. Il abrite une bibliothèque dont les ouvrages permettent de mieux connaître l'histoire, la biodiversité des environs, la vie sur la montagne ardéchoise, tout en ouvrant les horizons sur le monde maritime et l'ailleurs. Le Phare « appelle » l’idée de la mer » qu’on ne voit nulle part...
  • Œuvre d'art contemporain

    TERRE LOIRE

    Située à 1000m d’altitude, sur les hauts plateaux boisés des montagnes du Vivarais, l’Abbaye Notre-Dame des Neiges a été fondée en 1850, renouant ainsi après la tourmente révolutionnaire, avec la présence monastique instaurée 700 ans plus tôt en cette région par l’Abbaye cistercienne de Mazan.

    C’est dans les anciens chais de l’Abbaye qu’est installée l’oeuvre TERRE LOIRE de l’artiste japonais KôichiKurita. Sur une carte de la Loire et de ses affluents dessinée au sol, environ sept cent coupelles renfermant un échantillon de terre chaque fois unique marquent les lieux où elles ont été prélevées, composant ainsi un immense tableau poétique du territoire.

    Le travail de cet artiste consiste à révéler la pureté et la beauté de cette terre qu’on foule habituellement du pied. L’essence et l’infinie variété de couleurs des terres qu’il présente en de magnifiques nuanciers nous font comprendre que chacune d’entre elles enferme le monde entier.

    Cette œuvre fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.


Profil altimétrique


Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.

Espace Naturel Sensible (ENS) Gerbier Mézenc

Les ENS ou Espace Naturel Sensible sont une politique du Département qui vise à préserver la faune, la flore, la géologie et les paysages remarquables du Département tout en conciliant l'accueil du public. L'ENS mont Gerbier et Mézenc se caractérise par ses paysages de montagne où alternent, praires, landes, zones humides et forêts.

Merci de bien vouloir rester sur les sentiers aménager afin de ne pas déranger la faune ni piétiner la flore.
Domaines d'activités concernés :
Toutes pratiques
Contact :

Natura 2000 Secteurs des sucs Gerbier et Mézenc

Natura 2000 est une politique Européenne dont l'objectif est de préserver la biodiversité à l'échelle de l'Europe. Avec ses presque 30 000 sites reconnus, il est aujourd'hui le plus grand réseau de sites naturels au monde. Le site que vous traversez à pour but de préserver les landes du Mézenc qui abritent une faune et une flore rare à l’échelle Européenne.

Merci de bien vouloir rester sur les sentiers aménager afin de ne pas déranger la faune ni piétiner la flore.
Domaines d'activités concernés :
Toutes pratiques
Contact :

Réserve biologique dirigée du Mézenc

Les réserves biologiques ont pour objectif la protection et la gestion conservatoire d'habitats naturels remarquables et/ou d'espèces rares et menacées. Elles sont créées uniquement sur les espaces relevant du régime forestier. C’est-à-dire, les forêts de l'Etat (domaniales) ou les forêts des collectivités (communes, départements…). Elles sont gérés par l'Office National des Forêts.

Merci de bien vouloir rester sur les sentiers aménager afin de ne pas déranger la faune ni piétiner la flore.
Domaines d'activités concernés :
Toutes pratiques
Contact :

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
27