Le Partage des Eaux
>>
Accueil
>
Itinérance
>
Le Partage des Eaux
SAINT-AGREVE

Le Partage des Eaux

Art contemporain
Géologie
Patrimoine historique et religieux
Sommet et points de vue
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Découvrez la Ligne de Partage des Eaux, parcours de randonnée en itinérance jalonné d'oeuvres d'art contemporaines, valorisant le patrimoine naturel ou culturel des Monts d'Ardèche, à cheval entre bassins versants méditérannéen et atlantique.
Cet itinéraire est proposé sous la forme d'un découpage en 5 étapes. Il est également proposé par des accompagnateurs en montagne bénéficiaires de la marque Valeurs du Parc. Retrouvez 6 oeuvres d'artistes renommés, ainsi que des mobiliers design spécifiques et des mires d'observation de la Ligne de Partage des Eaux, dispositif unique pour comprendre le cheminement de cette ligne géographique.

Les 11 patrimoines à découvrir
Point de vue

Table d'orientation

Le Mont Chiniac avec sa table d'orientation est un belvédère remarquable sur la montagne ardéchoise et les Alpes. La ville haute est une agglomération née de son château construit au XIIème siècle qui occupait le sommet du mont. Il reste un pan de mur reliant les vestiges de deux tours. L’ancienne ville, qui était close à cette époque, était entourée d’un rempart, dont certaines parties sont encore visibles au sud et à l’est, et possédait quatre portes d’entrée.

lire la suite
Mire Partage des Eaux

Les Mires - Mont Chiniac

Mires d'observation de la ligne de Partage des Eaux avec vue sur les Sucs (Mont Mézenc, Mont Gerbier-de-Jonc).
lire la suite
Patrimoine historique et religieux

Train "Le Velay Express"

Ouverte en 1902, la ligne de chemin de fer ferme en 1968 concurrencée par la voiture individuelle et l’autocar. Le train était utilisé par les habitants pour se rendre sur les marchés et foires, mais aussi par les premiers touristes venant respirer l’air pur de la montagne. Le train servait pour le transport des marchandises et notamment du bois pour les galeries minières du bassin houiller de Saint-Etienne. Le train touristique et historique, animé par des bénévoles passionnés, circule encore sur la ligne ferroviaire Dunières – Saint-Agrève avec des véhicules classés « Monument Historique ». 
Info : www.Velay-Express.fr

lire la suite
Faune

La Marmotte des Alpes

La Marmotte a certainement disparu du Massif Central à la fin des périodes glaciaires lorsque la forêt est réapparue. Elle a cependant été réintroduite avec succès dans les années 80 et le cirque des Boutières abrite aujourd’hui une des plus belles populations du Massif Central. Ces petits mammifères s’observent souvent au sommet d’un rocher guettant l’arrivée éventuelle d’un prédateur comme l’Aigle royal. On peut alors entendre un sifflement caractéristique qui avertira le reste du groupe d’un danger.
lire la suite
Œuvre d'art contemporain

De l’autre côté

La Chartreuse a été fondée en 1156. A 1310 m d’altitude, le site répondaità l’idéal de solitude, de pauvreté et d’austérité des Chartreux. La façade duportique d’entrée datant du XVIIIème siècle accueille l’oeuvre.

Par une intervention assez minimaliste, l’artiste a souhaité accentuerle caractère surréel de ce site : sept grands miroirs sont insérés dans lesanciennes ouvertures. Inclinés selon des angles différents, ils reflètent le

paysage qui pénètre dans les embrasures de pierres, créant une impressiontroublante.

Partant de l’hypothèse que l’état de ruine débute par les fenêtresbrisées, Stéphane Thidet redonne, par son intervention, littéralement vie àcette impressionnante ruine.

Cette œuvre fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.



lire la suite
Œuvre d'art contemporain

«La Tour à eau» de Gilles Clément

Visible à la Chaumasse, Sagnes-et-Goudoulet.
Sur cette ancienne draye empruntée par la transhumance des bovins, le chemin de randonnée suit exactement la ligne de partage des eaux et le paysage est époustouflant. Le vent du nord s’y donne aussi à cœur joie ! Parmi les épilobes, la bruyère et le genêt, surgit la Tour à eau de Gilles Clément dont la silhouette est comme un lointain écho à celle des sucs qui l’entourent.
Construite en phonolithe, la roche volcanique dont est constitué le Mont Gerbier de Jonc, cette œuvre est conçue sur le principe d’un «piège à eau». L’humidité présente dans l’air se condense sur ses parois et l’eau ainsi produite est guidée par des «ailettes» vers l’intérieur pour être recueillie dans une vasque s’ouvrant vers le sud. Son chemin ne s’arrête pas ici puisqu’elle se déverse ensuite par débordement vers des sorties est et ouest, le voyage vers l’Atlantique et la Méditerranée recommence…
Cette construction est réalisée en pierre sèche, une pratique ancestrale à l’origine des terrasses et calades qui constituent une composante forte des paysages ardéchois et de son identité culturelle. Un défi architectural à la mesure de cette technique d’avenir dans le secteur de la construction respectueuse du développement durable.
lire la suite
Faune

Le Paon du jour

Ce joli papillon se reconnaît grâce à ses ocelles que sont les tâches colorées sur ses ailes. Celles-ci jouent un rôle d'intimidation contre les prédateurs. En effet, lorsque le papillon est attaqué par un prédateur tel qu'un oiseau, il montre ces ocelles en ouvrant ses ailes ce qui évoque le regard d’un animal plus gros, et peut surprendre le prédateur, pour ainsi permettre au Paon du jour de prendre la fuite.
lire la suite
Mire Partage des Eaux

Les Mires - Pra Pouzol

Lorsqu’elle se déploie à l’horizon, s’éloignant sur plusieurs plans qui se succèdent et où se mêlent sucs et massifs montagneux, la ligne de partage des eaux n’est lisible que par les géographes. Parce qu’elle donne à voir et à être vue, Gilles Clément assisté de l’atelier de paysage IL Y A, a imaginé un dispositif de perception jouant sur l’optique.

Implantées sur six sites en belvédère, lieux choisis pour le point de vue unique et original qu’ils offrent, ses Mires proposent une immersion originale dans le paysage et permettent de mieux appréhender le rôle de la ligne dans la formation du celui-ci.

Inspiré des techniques de relevé des géomètres, l’outil est conçu comme une transposition poétique des instruments de mesures aussi bien qu’un détournement de la table d’orientation classique.Il se compose d’une échelle de visée, surmontée d’un cadre à hauteur du regard, et d’un ensemble de mires d’une hauteur moyenne de 7 mètres, dont les pointeurs colorés au sommet pointent le passage de la ligne. Travaillés en bois de châtaignier brut, ces éléments assument une présence propre qui fait signe dans le paysage, tout en étant intimement liés à leur contexte.

Cette œuvre fait partie du parcours artistique LE PARTAGE DES EAUX.
lire la suite
Œuvre d'art contemporain

«Un cercle et mille fragments» de Felice Varini

Sous un ciel nuageux ou un soleil éclatant, dans son écrin de neige au cœur de l’hiver, ou au plein cœur de la tempête, les murs de granit et basalte et les toitures de l’abbaye cistercienne s’animent des délicats jeux des reflets de la feuille d’or. L’œuvre, imaginée par l’artiste Felice Varini, palpite au gré des saisons et raconte le temps qui passe et laisse ses traces sur ce vestige médiéval.
Depuis un point de vue en surplomb de l’abbaye, les fragments composent une trame parfaite qui épouse le bâti et se décompose dès que l’on s’en éloigne pour descendre vers l’abbaye. Ne persistent alors que des courbes dorées qui surgissent d’une manière parfois incongrue tout au long de la déambulation sur le site pour attirer le regard sur un détail architectural et le mettre en valeur L’église reconstruite au XIXe siècle et abritant de très beaux vitraux du maître verrier Louis-René Petit (que l’on retrouve dans l’église voisine de Saint-Cirgues-en-Montagne) supporte l’unique cercle entier de la composition. Les cercles qui l’entourent et scandent avec une régularité parfaite l’ensemble de l’édifice sont fragmentés par le paysage : par la végétation qui a envahi les ruines ou l’écrin végétal qui abrite l’abbaye.
Stationnement : en bas, derrière l’église ; en haut, près de la mairie
lire la suite
Flore

Les genêts

Il existe en France une dizaine d’espèces de genêts. Sur le territoire du parc, on retrouve essentiellement deux espèces se développant sur des sols acides : le genêt purgatif et le genêt à balais.
Pouvant constituer de grandes landes sur les versants, le genêt purgatif pousse sur des sols très maigres à la végétation peu évolutive. De couleur gris-vert, avec des tiges «arrondies» et en forme de boule aplatie, le genêt est une plante typique du Massif central. Le genêt à balais pousse, quant à lui, sur des sols plus profonds auxquels il offre une transition avant l’installation d’arbustes (sorbier, alisier). Il est largement répandu dans l’hexagone (sauf zone méditerranéenne). Ses tiges vertes, cannelées et dressées, le distinguent du genêt purgatif. Symbole de l’abandon des terres agricoles, il contribue malgré tout à enrichir le sol en azote et le prépare pour l’installation des espèces arbustives.
lire la suite
Œuvre d'art contemporain

Le phare

Imaginé là par l’artiste Gloria Friedman, le Phare est une verticale monochrome bleue qui s’élève à plus de sept mètres du sol. Cette «tour refuge qui représente à la fois l’art du trait et l’art du retrait», révèle un site emblématique fort des contrastes qui caractérisent la ligne de partage des eaux. Les pentes raides du versant méditerranéen rencontrent le doux vallonnement du côté atlantique.
Cette œuvre est donc un phare commun à la mer et à l’océan, dans lequel vous êtes invités à accéder. De l’étage d’observation, une vue à 360° s’ouvre à vous. Il abrite une bibliothèque dont les ouvrages permettent de mieux connaître l'histoire, la biodiversité des environs, la vie sur la montagne ardéchoise, tout en ouvrant les horizons sur le monde maritime et l'ailleurs. Le Phare « appelle » l’idée de la mer » qu’on ne voit nulle part...
lire la suite

Zones de sensibilité environnementale

Le long de votre itinéraire, vous allez traverser des zones de sensibilité liées à la présence d’une espèce ou d’un milieu particulier. Dans ces zones, un comportement adapté permet de contribuer à leur préservation. Pour plus d’informations détaillées, des fiches spécifiques sont accessibles pour chaque zone.
Espace Naturel Sensible (ENS) Gerbier Mézenc
Les ENS ou Espace Naturel Sensible sont une politique du Département qui vise à préserver la faune, la flore, la géologie et les paysages remarquables du Département tout en conciliant l'accueil du public. L'ENS mont Gerbier et Mézenc se caractérise par ses paysages de montagne où alternent, praires, landes, zones humides et forêts.

Merci de bien vouloir rester sur les sentiers aménager afin de ne pas déranger la faune ni piétiner la flore.
Domaines d'activités concernés :
Toutes pratiques
Contact :
Natura 2000 Secteurs des sucs Gerbier et Mézenc
Natura 2000 est une politique Européenne dont l'objectif est de préserver la biodiversité à l'échelle de l'Europe. Avec ses presque 30 000 sites reconnus, il est aujourd'hui le plus grand réseau de sites naturels au monde. Le site que vous traversez à pour but de préserver les landes du Mézenc qui abritent une faune et une flore rare à l’échelle Européenne.

Merci de bien vouloir rester sur les sentiers aménager afin de ne pas déranger la faune ni piétiner la flore.
Domaines d'activités concernés :
Toutes pratiques
Contact :

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
36