La Tourbière de la Verrerie
>>
Accueil
>
À pied
>
La Tourbière de la Verrerie
BURZET

La Tourbière de la Verrerie

Art contemporain
Faune - Flore
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Les tourbières sont toujours des endroits insolites et mystérieux. Et davantage encore quant à la nature s’ajoute une étonnante histoire de maîtres verriers en pleine forêt. Sur le partage des eaux et le GR®7, au cœur des Monts d’Ardèche, cette petite randonnée vous fera découvrir le monde extraordinaire des tourbières et la faune et la flore qui ont su y développer avec ingéniosité au milieu de très belles ambiances forestières.

Depuis juin 2023, la tourbière de la verrerie accueille l'oeuvre Ouroboros de l'artiste brésilien, Henrique Oliveira. Il s'agit de la 8ème oeuvre du Partage des eaux.
Les tourbières sont toujours des endroits insolites et mystérieux. Et davantage encore quant à la nature s’ajoute une étonnante histoire de maîtres verriers en pleine forêt. Sur le partage des eaux et le GR®7, au cœur des monts d’Ardèche, cette petite randonnée vous fera découvrir le monde extraordinaire des tourbières et la faune et la flore qui ont su y développer avec ingéniosité au milieu de très belles ambiances forestières. Mais ce sera également l’occasion de découvrir de magnifiques panoramas sur la vallée de la Bourges et le village de Burzet ainsi que sur les Sucs.

L’œuvre OUROBOROS

La figure de l’Ouroboros a été la source d’inspiration de cette œuvre d’Henrique Oliveira. Ce terme énigmatique ne trouvera écho que dans les oreilles de certains historiens ou archéologues. Ce qu’il désigne parlera pourtant à tout le monde tant cette figure est présente dans nombre de cultures tout autour du globe : un serpent ou un dragon se mordant la queue et formant ainsi un anneau. Tantôt symbole du cycle du temps ou des saisons, de l’enceinte et de la protection, du danger, de la renaissance, de l’unité, du mouvement, elle est cette forme qui tourne sur elle-même. Si Henrique Oliveira a choisi de ne pas faire de sa sculpture une représentation littérale du serpent, il puise à foison dans cette richesse symbolique.

Les 6 patrimoines à découvrir

  • Tourbière

    Une tourbière au coeur de la recherche scientifique (copy)

    Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur la commune de Burzet est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes (CEN) fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique. D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température, etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière et de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire. Dautre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi pour la caractérisation hydromorphologique des cours d’eau). Ce protocole, mené par l’Agence Française de la Biodiversité, permet de recueillir les données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressante suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés récemment. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage. Une adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

    Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

    Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour la recherche scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !
  • Tourbière

    Une tourbière au coeur de la recherche scientifique

    Après d’importants travaux de restauration, la tourbière de la Verrerie, sur la commune de Burzet est au centre de toutes les attentions ! Cet espace remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes (CEN) fait effectivement l’objet de nombreux programmes de recherches par la communauté scientifique. D’une part, de nombreuses données climatiques (vent, pluie, température, etc.) et piézométriques (calcul de la profondeur de la nappe d’eau) sont enregistrées chaque jour afin de suivre l’évolution de cette tourbière et de mieux appréhender le fonctionnement hydrologique et les usages socio-économiques de ces milieux, et ainsi apporter une aide à la définition de la gestion menée par le Conservatoire. Dautre part, la tourbière de la Verrerie fait l’objet d’un suivi pour la caractérisation hydromorphologique des cours d’eau). Ce protocole, mené par l’Agence Française de la Biodiversité, permet de recueillir les données hydromorphologiques du cours d’eau traversant la tourbière et suivre son évolution dans le temps. Cela est d’autant plus intéressante suite aux travaux de restauration du cours d’eau et de la tourbière qui ont été finalisés récemment. Généralement appliqué sur des cours d’eau de taille moyenne à grande, le protocole a dû être adapté sur le terrain pour le petit ruisseau du Prat sauvage. Une adaptation unique en France pour ce type de cours d’eau !

    Tout dernièrement, la tourbière de la Verrerie a été sélectionnée comme site pilote par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières dans le cadre du projet soHUMID, qui consiste à évaluer la contribution des eaux souterraines au fonctionnement de cette zone humide ! Les nombreuses données disponibles et analyses capitalisées à ce jour sur la tourbière en font un site d’une grande pertinence pour ce programme national.

    Les espaces naturels gérés par le CEN Rhône-Alpes, comme la tourbière de la Verrerie, sont donc des sites supports pour la recherche scientifiques… un lien qui ne cesse de se renforcer !
  • Flore

    L’Epipogon sans feuilles

    Avec entre 25 et 30 000 espèces à travers le monde, la famille des orchidées est l’une des plus importantes du règne végétal. Une cinquantaine d’espèces poussent dans les Monts d’Ardèche, dont le très rare Epipogon sans feuilles, connu uniquement aux environs de la Vestide du Pal. Cette orchidée a la particularité de vivre sans chlorophylle : elle s’associe à un champignon qui la nourrit après s’être lui-même associé aux racines des arbres environnants. L’Epipogon est protégée en France alors si vous l’observez, surtout ne la cueillez pas.
  • Archéologie

    Une activité industrielle en pleine forêt

    Même si cela peut sembler difficile à imaginer aujourd’hui, ainsi que son nom l’indique, le site de la Verrerie a longtemps été investi pour la production de verre. L’emplacement de la verrerie de Bauzon fut choisi en fonction de plusieurs critères : l’abondance de combustibles était essentielle pour assurer le bon fonctionnement et la permanence du site verrier. Le bois de hêtre, considéré comme le meilleur pour la fusion du verre, était largement répandu dans la forêt de Bauzon. La proximité de la route mais surtout d’une vaste tourbière, fut décisive pour déterminer l’emplacement : si la tourbe ne produit pas une élévation de température comme le bois, elle reste très combustible et offre des avantages pour une verrerie forestière, aussi bien pour sécher les bois et commencer la cuisson des creusets que pour calciner les végétaux et obtenir ainsi de la potasse.  Sous l’impulsion des seigneurs de Burzet, l’activité verrière démarre sur le site au milieu du 17ème siècle et semble s’être arrêtée vers 1730, après la mort du dernier seigneur de Burzet. En bordure de la vaste tourbière de la Verrerie, les restes de trois bâtiments sont encore identifiables et témoignent de l’activité des maîtres verriers qui ont animé cette forêt pendant près d’un siècle.
  • Tourbière

    Mobiliers de découverte de la tourbière de la Verrerie

    Découvrez la richesse faunistique et floristique de la Tourbière de la Verrerie grâce aux mobiliers de découverte mis en place par le Conservatoire des Espaces Naturels d'Auvergne Rhône Alpes. Pour les petits et les grands !!
  • Œuvre d'art contemporain

    Ouroboros

    L’œuvre OUROBOROS

    La figure de l’Ouroboros a été la source d’inspiration de cette œuvre d’Henrique Oliveira. Ce terme énigmatique ne trouvera écho que dans les oreilles de certains historiens ou archéologues. Ce qu’il désigne parlera pourtant à tout le monde tant cette figure est présente dans nombre de cultures tout autour du globe : un serpent ou un dragon se mordant la queue et formant ainsi un anneau. Tantôt symbole du cycle du temps ou des saisons, de l’enceinte et de la protection, du danger, de la renaissance, de l’unité, du mouvement, elle est cette forme qui tourne sur elle-même. Si Henrique Oliveira a choisi de ne pas faire de sa sculpture une représentation littérale du serpent, il puise à foison dans cette richesse symbolique.

    De ses multiples œuvres qu’il a présentées à travers le monde, on lui connaissait déjà l’emploi d’une technique particulière qu’il affectionne particulièrement : l’assemblage de lamelles de bois usagé – notamment issus des Xilempastos, palissades de protection de chantier typiques au Brésil, son pays d’origine – grâce auxquels il réalise des sculptures brutes de grand format ou des installations in situ. Jouant ici une matérialité toute organique, la forme serpentine apparaît pour la première fois dans son travail pour nouer un dialogue fécond avec le site. Dès sa découverte de la tourbière, il a souhaité concevoir une œuvre qui semble appartenir au site, comme si elle émergeait de la peau du sol. Ainsi, de loin, sa présence est quasi animale alors qu’elle devient végétale à l’approche. Le choix qu’il a fait ici de mêler du bois de récupération à de l’écorce naturelle accentue encore cet effet organique. En insufflant une nouvelle vie à ce que nous considérions jusqu’alors comme des déchets, il donne forme à l’idée même du cycle de la vie : naissance, développement, dépérissement, mort, renaissance. La forme en nœud dont les branches reviennent sur elles-mêmes évoque tout à la fois l’écosystème auto-fécond propre à la tourbière et la temporalité millénaire nécessaire pour que l’eau transforme la matière en cette “roche végétale“ qu’est la tourbe, rendant perceptibles deux phénomènes invisibles à l’œil nu. En contraste avec la Tour à Eau de Gilles Clément dont l’appareillage de pierre s’élève vers les cieux, Henrique Oliveira propose ici une œuvre à l’apparence plus fragile, horizontale, en écho au cours indolent de l’eau sur ce site aux caractéristiques paysagères et biologiques exceptionnelles.

Description

Suivez la route sur quelques mètres en direction de « La Brousse » et prenez à votre gauche le chemin qui s'élève sur un petit talus en surplomb de la route sur environ 350m pour rejoindre à nouveau la route au niveau du virage.
  1. Vous rejoignez la route et poursuivez-la sur 250 m jusqu'au panneau d'accueil randonnée à l'intersection de la route et d'une large piste située sur votre gauche.
  2. Empruntez alors cette dernière qui remonte légèrement dans un sous-bois. Après 250 mètres, une superbe vue sur les « Sucs » (d'anciens volcans datant d'environ 7 à 10 millions d'années) va se présenter à vous. Continuez sur la piste sur environ 1km en direction de Montpezat- sous-Bauzon et la Vestide du Pal. Vous progressez au sein d'une forêt ancienne de conifères.
  3. Le chemin atteint une vaste zone ouverte et dénudée...il s'agit de la tourbière de la Verrerie. Si vous prenez le chemin à gauche vous trouverez quelques centaines de mètres plus loin l'oeuvre d'art contemporain baptisée "Ouroboros" d'Henrique Oliveira pour LE PARTAGE DES EAUX [à voir à partir du 10 juin 2023]. Pour effecture la boucle dans sa totalité, poursuivez la piste sur votre droite qui longe cette grande étendue steppique et rentrez progressivement dans la forêt pour atteindre une petite route au lieu-dit « Prat Sauvage ».
  4. Prenez à gauche et empruntez le pont jusqu'à un chemin à gauche, suivez-le sur environ 300m. Vous regagnez à nouveau la route.
  5. Après environ 300m sur la route, bifurquez sur un chemin à votre droite qui serpente dans les bois en direction de la Vestide du Pal. Le chemin remonte progressivement en empruntant un couloir très raviné et étroit (à éviter en cas de pluies fortes) jusqu'à atteindre une route.
  6. Vous êtes alors au carrefour de plusieurs petites route, au lieu-dit de « Cros du Loup ». Prenez la route qui part à gauche, à l'intersection prenez celle de droite sur près de 500m.
  7. Empruntez le chemin qui monte à droite, et suivez le sur 300m jusqu'à atteindre un carrefour avec une route dans une forêt de grands hêtres.
  8. Prenez alors la route à droite sur environ 100m.
  9. Celle-ci se divise en deux, prenez alors celle de gauche.
  10. Après 200m, vous trouverez un large chemin qui descend à gauche. Suivez le pendant près de 2km….il vous mènera à nouveau à la Tourbière de la Verrerie. Vous longerez la Verrerie sur son flanc « est ».
  11. Des pupitres et mobiliers d'interprétation implantés par le Conservatoire des Espaces Naturels vous permettront de découvrir la richesse et la spécificité de ce lieu. Quelques mètres plus loin est installée l'oeuvre d'art contemporain baptisée "Ouroboros" d'Henrique Oliveira pour LE PARTAGE DES EAUX.
  12. Quelques centaines de mètres après, prenez la piste qui part légèrement à gauche pour retrouver l'itinéraire qui vous a amené jusqu'à la tourbière. Suivez ce chemin jusqu'à votre point de départ au parking.
  • Départ : La Brousse
  • Arrivée : La Brousse
  • Communes traversées : BURZET

Profil altimétrique


Accès routiers et parkings

Au niveau du col de la Barricaude, prenez la petite route qui part en direction de "la Brousse" depuis la RD289.
Suivez la jusqu'à l'intersection de la piste qui part à gauche. Un parking sur votre droite permet de garer votre voiture.

Stationnement :

Lieu-dit "La Brousse" (ne pas se garer sur le parking privé)

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :